Rédaction d’offre de service, de CV ou de lettre de présentation : 10 erreurs à éviter

Rédaction d’offre de service, de CV ou de lettre de présentation : 10 erreurs à éviter

Le beau temps revient, vous avez besoin de renouveau, d’un nouveau boulot? C’est la saison des soumissions ou celle des remises en question? Vous apercevez de belles offres mais à l’idée de refaire votre CV, d’avoir à peaufiner la lettre qui vous servira à vous vendre sans vous vanter, vous vous découragez? Eh bien, voici tout de même quelques erreurs fréquentes à éviter!

  1. À qui de droit

J’en ai déjà fait le titre d’un article, mais il est toujours bon de se le remémorer. On n’écrit plus « à qui de droit » comme formule de politesse en guise d’amorce dans une lettre de présentation. On doit plutôt opter pour « Madame, monsieur » ou encore pour l’un ou l’autre de ces derniers si vous connaissez le genre de la personne à qui vous vous adressez.

  1. Offre de service et appel d’offres

Ces deux-là donnent du fil à retordre même à ceux qui les utilisent fréquemment. Offre de service, quoi que l’on puisse offrir, me direz-vous, plusieurs services, ne prend pas la marque du pluriel au mot « service ». Pour ce qui est d’appel d’offres, eh bien fort est de croire que l’on recevra plusieurs offres, alors on y appose la marque du pluriel. Je vous le concède, le français est « logique-pas-logique ».

  1. Homme d’affaires, chiffre d’affaires, personnalité d’affaires, faire affaire avec, avoir affaire à, avoir à faire et être dans les affaires ou faire des affaires (OUPELAYE!)

Ceux-là, arrêtez de trop réfléchir et apprenez-les donc par cœur, parole de réviseure. Quant à heures d’affaires et places d’affaires, il s’agit d’anglicismes auxquels on préfèrera « heures de bureau / d’ouverture » et « établissement, bureau, succursale, commerce, etc. ». Par ailleurs, on ne dira pas « faire affaire au Québec », par exemple, mais plutôt « faire des affaires au Québec ».

  1. CV en attachement :c’est non. Fichier joint, pièce jointe, ou autres, mais pas « attachement ».
  2. Je vous saurais gré (verbe « savoir ») et non serais gré, serai gré, etc.
  3. Parmi : jamais de « s », hormis : toujours un « s ». Catégorie des par cœur.
  4. « je les aimes … pour les comprendres / les faires / les dires » … le verbe est à l’infinitif, pas d’accord ici!
  5. Travail, appel / travaille, appelle : les premiers sont des noms, les seconds des verbes; une erreur très très fréquente!
  6. Une lettre est écrite « à l’attention de » et non à « l’intention de ».
  7. Pour finir : opportunité, qui semble en dérouter plus d’un. Pour illustrer mon propos, voici quelques exemples fautifs :
  • J’ai eu l’opportunité de lui en parler hier
  • Je lui ai donné l’opportunité de s’excuser
  • Je crois qu’il existe de belles opportunités d’avancement

Voici maintenant les termes corrects à employer :

  • J’ai eu la chance de lui en parler hier
  • Je lui ai donné la possibilité de s’excuser
  • Je crois qu’il existe de bonnes perspectives d’avancement

En fait, opportunité, en français, exprime ce qui est opportun ou ce qui convient, comme dans l’exemple : Julie insiste sur l’opportunité de son retour au travail.

 

Ces exemples vous sont-ils familiers? Saurez-vous mieux les utiliser? J’espère… bon été!

 

 

 

 

Les 13 points essentiels d’une description LinkedIn

LinkedIn est une plateforme sociale hautement efficace pour les professionnels. Pour y tisser des liens, vous faire connaître par des entrepreneurs ou travailleurs dont les compétences sont complémentaires aux vôtres, pour échanger dans certains groupes et y puiser de l’information utile, entre autres.

Cependant, il faut investir du temps dans le contenu que vos cibles y trouveront. La première étape? Votre description (ou summary, en anglais).

Voici les questions ou les 13 points essentiels d’une description LinkedIn :

  1. Est-ce que la phrase d’amorce est assez accrocheuse pour que le lecteur veuille poursuivre sa lecture?
  2. La description est-elle authentique et est-elle le reflet de qui vous êtes réellement?
  3. Vous différencie-t-elle de vos pairs et/ou de vos compétiteurs?
  4. Est-elle pertinente et répond-t-elle aux besoins des individus que vous tentez d’atteindre (influenceurs et décideurs)?
  5. Est-ce convaincant? La description fournit-elle des faits intéressants qui fassent en sorte que le lecteur veuille vous rencontrer ou en connaître davantage à votre sujet?
  6. Contient-elle au moins 10 % d’informations personnelles telles que vos intérêts, vos passions, vos réalisations personnelles ou intérêts philanthropiques, votre opinion ou votre vécu?
  7. Fait-elle mention de ce en quoi consiste votre valeur ajoutée en mentionnant le résultat direct de vos actions?
  8. Le style d’écriture ainsi que le contenu sont-ils adaptés à votre personnalité?
  9. La structure des paragraphes est-elle suffisamment aérée? Trouve-t-on des phrases d’amorce accrocheuses au début de chaque paragraphe?
  10. Y trouve-t-on des témoignages à votre sujet, comme par exemple : « on dit de moi que… » ou encore « l’Association X m’a nommé(e) XYZ de l’année… »?
  11. La qualité de la langue est-elle impeccable?
  12. La description inclut-elle les mots clés liés à ce pour quoi vous souhaitez être cherché(e)/trouvé(e) sur les moteurs de recherche?
  13. Réussissez-vous à susciter l’intérêt des lecteurs ou à les inciter à prendre rendez-vous ou communiquer avec vous?

Lorsque vous avez répondu à toutes ces questions par l’affirmative…ou du moins en majeure partie :

Demandez à des collègues, mentor(s) ou amis de valider ces éléments :

  • Est-ce une bonne représentation de qui vous êtes et de votre valeur ajoutée en tant que professionnel(le)?
  • Cela fait-il en sorte que vous voulez en connaître davantage à mon sujet?
  • Quel(s) changement(s) effectueriez-vous afin d’améliorer cette description?

Une fois que vous aurez obtenu leurs commentaires et analysé leur rétroaction, modifiez le contenu de votre description et ajoutez-la à votre profil LinkedIn!

Cet article vous a-t-il aidé? J’attends vos commentaires!

 

À qui de droit, c’est fini

À qui de droit, c’est fini

Eh non, notre « à qui de droit « tant chéri ne se dit plus, plus du tout. Le saviez-vous? En réalité, la locution est toujours correcte, mais on doit l’utiliser à bon escient. On dira, par exemple, « Je vous saurai gré de transmettre ma demande à qui de droit » lorsque l’on voudra signifier le destinataire… mais jamais en début de phrase pour s’adresser à un individu dont on ne connait pas le nom! Alors qu’en est-il de ces formulations dépassées (depuis toujours ou tout récemment), de ces trucs que l’on dit sans même savoir que l’on est dans l’erreur. Les voici, les 7 choses qui ne se disent pas ou plus!

à qui de droit, c'est fini

 

À qui de droit

Il s’agit en fait d’un calque de l’anglais. On dira « to whom it may concern », en anglais, mais pas sa traduction directe!

Varia

Le terme « varia » est une impropriété. On l’utilise à tort dans les procès verbaux et ordres du jour. Ce terme désigne plutôt un recueil d’œuvres variées ou, en journalisme, un article ou un reportage se rapportant à des sujets variés. Les meilleures expressions pour signifier l’idée transmise par le fameux « Varia » seront donc : « Questions diverses », « Affaires diverses », « Sujets divers », ou « Divers ».

À date

Il existe plusieurs utilisations de « à date » qu’il faut absolument éviter. On ne peut dire, par exemple, « nous n’avons eu aucune plainte jusqu’à date ». Il faudra plutôt lire « nous n’avons eu aucune plainte jusqu’à maintenant ». Même chose pour « à date, tout s’est bien passé ». C’est n-o-n! On devra lire « Jusqu’ici, tout s’est bien passé ».

Mademoiselle

L’utilisation de « Mademoiselle » est réservée, dans le cadre de correspondances écrites, uniquement aux très jeunes filles ou à celles (en existe-t-il encore?) qui souhaitent ardemment se faire appeler ainsi. On préfère « Madame », en tout temps autrement.

Impacter

Bon, bon, bon. Il faut savoir qu’impacter se dit, mais qu’il n’est pas accepté par les Grands de la langue française dont L’Académie française ou le Trésor de la langue française. Il s’agit en fait d’un néologisme ou « nouveau mot », admis mais… pas admis. À utiliser avec grande grande parcimonie, comme tous les autres néologismes d’ailleurs.

Moins pire

Ici, on tombe dans mes règles de prédilection. Tout le monde les entrave, mais elles constituent tout de même des erreurs. « Moins pire » est dans la même catégorie que « plus mieux ». On devrait lire « moins mauvais », comme dans « mes notes sont moins mauvaises ».

Se souvenir et se rappeler

Connaissez-vous la différence entre un verbe transitif et un verbe intransitif? Il y a le premier auquel on ajoute un complément de verbe (manger une pomme) et le deuxième auquel on n’ajoute pas de complément de verbe (ils grandissent). Et puis, parmi les verbes transitifs, il y a les directs et les indirects, qui nécessitent respectivement des compléments directs et indirects. Le verbe se rappeler est transitif DIRECT ; il demande donc d’être complété d’un complément direct et le verbe se souvenir transitif indirect. On dira donc « je me rappelle CETTE ÉPOQUE » et « je me souviens DE CETTE ÉPOQUE ».

Au passage, le verbe pallier est transitif direct… c’est-à-dire qu’on doit dire « pallier ce problème » et non « pallier à ce problème ».

OK, OK, j’avoue que la dernière était un peu lourde, mais constructive, non?

Bonne rédac!

3 façons simples de générer des idées

3 façons simples de générer des idées

Je m’intéresse particulièrement à ce qui touche l’inspiration, les idées, les liens que l’esprit crée sans cesse entre les apprentissages au quotidien et le vécu passé. Il y a quelque chose de très émotif dans le fait d’être inspiré ; on l’est souvent lorsque notre état d’esprit est modulé ou chamboulé, que l’on ressent certains troubles ou bonheurs soudains. Comme toute chose, cependant, on peut chercher un petit coup de pouce, parfois, lorsque tout est à plat et que l’inspiration ne vient tout simplement pas. J’ai donc fait le tour des outils, des trucs en ligne et sites qui puissent nous (nous, qui écrivons) être d’un grand secours. Je les ai réunies, voici 3 façons simples de générer des idées.

 

1.  Taper simplement « idées de blogue » dans votre moteur de recherche

Vous obtiendrez alors une liste extrêmement longue de sites (pas extrêmement professionnels, mais pertinents), détaillant des milliers de sujets en lien avec autant de domaines, secteurs ou champs d’intérêt que vous pouvez imaginer.

Ainsi, si vous écrivez au sujet du marketing ou du référencement, vous pourriez tomber sur des suggestions comme :

  • Les techniques déconseillées en SEO pour en faire un compte rendu
  • Publication de contenus identiques sur Facebook et Twitter et analyses des retombées

 

2. Vous inscrire à t-o-u-t-e-s les infolettres ou newsletters

D’abord, il faut s’assurer d’ouvrir un compte uniquement destiné à recevoir des infolettres. Autrement, votre adresse courriel personnelle ne vous sera plus d’aucune utilité tant vous serez exaspéré par les notifications multiples reçues.

Fouillez pour dénicher celles qui renfermeront un maximum d’informations utiles et actuelles et consultez les blogues traitant des mêmes sujets que vous. Bilinguisme oblige, les articles rédigés dans un autre langue pourront amener un angle différent et feront en sorte que l’information se fixe différemment dans votre mémoire. Le but étant de créer du contenu original, éloignez-vous à tout prix du plagiat!

 

3. La collaboration : utilisez vos divers réseaux sociaux

Servez-vous de votre réseau. Les forums sont une mine d’or d’inspiration tout autant que les diverses interactions sur vos groupes Facebook ou LinkedIn. Demandez l’avis de vos amis, de vos connaissances ou de vos collègues. Les gens seront sans doute plutôt flattés si vous choisissez d’écrire sur les sujets qu’ils vous auront proposés.

 

Les idées sont là et n’attendent que d’être cueillies … récoltées!

La rédaction professionnelle en 5 étapes

writing1

La rédaction professionnelle n’implique pas qu’écrire; elle implique plusieurs étapes importantes qui feront de vous, en quelque sorte, des gestionnaires de projets de rédaction.

1. Comprendre le client

Les clients, autant qu’ils sont, ont des champs d’expertise, des façons de concevoir les affaires, des orientations diverses. Il n’en tient qu’à vous d’être attentif. Beaucoup d’écoute, de discernement et de compréhension seront requis. La première étape étant la rencontre avec le client, vous aurez à être de fins journalistes afin de dresser, d’abord, une liste de choses à demander… puis de fins psychologues afin de comprendre ce qu’il en est réellement.

2. Poser les bonnes questions

Tel que vu au dernier point, vous aurez à poser les « bonnes » questions. Mais quelles sont ces fameuses questions. Plusieurs de vos clients vous amèneront l’information sur un plateau d’argent. Plusieurs autres seront plus ou moins mal orientés et ce sera à vous de déterminer leurs besoins. Parmi les questions à prendre en considération:

  • Pourquoi VOUS choisir en tant qu’entreprise?
  • Quels sont les services sur lesquels vous voulez mettre l’emphase?
  • Quels sont les 3 ou 4 termes qui vous définissent en tant qu’entreprise ou en tant que professionnel?
  • Quels clients souhaitez-vous attirer, quels sont leurs habitudes de consommation et qu’aiment-ils?
  • Quelles approches de vente ou de persuasion vous ont déjà convaincu d’acheter ou d’opter pour un service (puisque vos clients, ceux-là même qui désirent vendre, sont également des acheteurs!)

 

3. La recherche

Comme je le mentionnais préalablement, la rédaction n’implique pas que la rédaction en elle-même; elle implique TRÈS souvent de la recherche. Vous aurez donc, selon les cas, à faire des recherches qui toucheront:

  • les compétiteurs et leurs pratiques
  • les tendances actuelles
  • le domaine d’expertise du client
  • le contexte socio-économique
  • l’historique de l’entreprise visée
  • toute autre information pertinente à votre rédaction future

 

4. Écrire

Cette partie sera plus ou moins facile selon votre rapidité d’écriture, votre concentration, les informations fournies ou trouvées et votre humeur (oui oui… le « timing » est ultra important en rédaction… il faut savoir que quiconque n’est pas toujours dans sa forme optimale pour écrire… sachez laisser venir le momentum et votre moment d’apothéose rédactionnel!)

5. Soyez attentif à la rétroaction

Selon l’aptitude à la communication « avec tact » ou non de votre client, sachez recevoir la rétroaction sous un bon angle, un angle positif, dans une optique d’apprentissage et, surtout, percevez-la comme étant formatrice en tout temps! La rétroaction sera votre deuxième vrai lien avec votre client. Encouragez le fait que votre client vous dicte les bons et moins bons points de votre rédaction. Nul besoin de payer des formations coûteuses en marketing, vos clients sont là pour ça! Ils vous donneront l’heure juste quant au travail accompli… alors, écoutez-les! Vous ferez peut-être 15 versions, mais la dernière sera exactement celle à laquelle ils rêvaient et vous deviendrez leur héros! Le sentiment de réussite et d’accomplissement sera à son apogée et vous trouverez là toute la motivation nécessaire pour (recommencer toutes ces étapes et…) trouver d’autres clients dont vous pourrez combler les besoins!

La rédaction en elle-même ne constitue que 10% du travail en soi… Soyez prêt à tout le reste!